Frankenweenie : Un film qui fait vraiment peur !

FRANKENWEENIE-affiche-poster
Share on Facebook0Tweet about this on Twitter0Share on Google+0

Dès 1984, Tim Burton avait dans l’idée de faire de Frankenweenie en stop motion. Faute de budget, il s’est vu contraint de faire un court métrage. Plus de 25 ans plus tard il concrétise enfin son fabuleux projet ! C’est la raison pour laquelle assister à cette avant-première était un honneur …

Synopsis :

Après la mort soudaine de Sparky, son chien fidèle et tant aimé, le jeune Victor,  décide de ramener à la vie son seul et véritable ami.
Inspiré par un professeur de sciences naturelles aussi loufoque que mystérieux, il réussit à ramener son compagnon à la vie. Victor va tenter de cacher sa créature, mais lorsque Sparky s’échappe, la situation va commencer à lui échapper aussi. Ses camarades de classe vont apprendre que vouloir jouer avec la mort peut avoir de monstrueuses conséquences.

Ce qu’on a aimé

– Visuellement c’est magnifique ! L’emploi du noir et blanc dans un film en 3D est une expérience à vivre. Les plans de caméra, les éclairages, les décors sont de toute beauté, on reconnaît tout de suite la patte de Burton. Ce choix est un bel hommage au film Frankenstein et on plonge tout de suite dans cette ambiance.

– Des personnages attachants : de Victor l’enfant solitaire dont le meilleur ami est un chien et qui passe son temps à faire des expériences, au professeur de sciences naturelles M.Rzykrusky accusant les villageois d’avoir peur de la science à cause de leur ignorance, en passant par la fille bizarre dont le chat M. Moustache prédit l’avenir grâce à la forme de ses cacas !

– La technique : Frankenweenie utilise la technique du stop-motion. Le plateau recense plus de 200 marionnettes, crées et manipulées à la main. Des manipulations dont on ne se doute pas tellement l’image est fluide. La marionnette Sparky aurait plus de 300 articulations, et c’est un vrai bonheur que de le voir gambader partout !

– L’humour : l’ambiance sombre du film rend ce film moins drôle que certains Disney, mais comme toujours chez Burton, on retrouve un humour noir réjouissant. Lorsque Victor se promène de nuit dans le cimetière surplombant la ville, on ne peut s’empêcher de rire face à des tombes faites en hommage à des animaux. Ce film fourmille de détails rigolos, et « dédramatise » des situations d’angoisse pour notre petit héros. La référence à Godzilla
avec ses expériences sur la résurrection qui finissent mal est également très réussie.

– L’univers Burton : on aime ou on n’aime pas le personnage, mais quand on l’aime, on peut que se réjouir de le voir aborder ses thèmes de prédilections : un chien mort-vivant attachant, des petits garçons solitaires faisant des expériences, un cimetière surplombant la ville, une chasse à l’homme se terminant dans un moulin, avec de nombreuses allusions et références cinématographiques, on retrouve tout l’univers du maître dans ce film.

On a moins aimé :

– La fin : sans spoiler le film, la fin est décevante. Durant la première moitié du film, on reste éblouit par l’ambiance, les personnages, mais dès que les camarades de classe de Victor découvrent la résurrection de Sparky et tentent de faire de même avec d’autres animaux morts, l’ambiance change quelque peu. Leurs expériences ne réussissent pas comme il le voulait, et on aurait souhaité des résultats plus drôles, impressionnants ou novateurs. On tombe
quelque peu dans le “classique” à ce niveau là.

Bien que la fin nous laisse sur notre faim, ce film propose une ambiance et des personnages qui méritent le détour. Toutefois si vous vous voulez y aller accompagné de petits enfants, oubliez la caution « Disney » et retenez le nom Tim Burton : l’ambiance est sombre, l’humour noir et certaines
créatures angoissantes ! Tim Burton avait commencé chez Disney avant de se faire “virer” car ses méchants faisaient trop peur et que son style ne correspondait pas, pour cette collaboration la maison a donc laisser libre court à son ancien employé. Un Disney interdit au moins de 8 ans !

Share on Facebook0Tweet about this on Twitter0Share on Google+0