[Critique] Savages : Un film lent ?

Savages-affiche-poster
Share on Facebook0Tweet about this on Twitter0Share on Google+0

Savages est le premier film potable du début d’année, donc forcément chez Atypique nous étions profondément ravis d’avoir une raison de nous rendre au cinéma pour le descendre ou l’encenser. Le résultat fût moins évident qu’il ne devait l’être.

Synopsis :

Ben, Chon et Ophélie vivent le grand amour à travers un triangle amoureux. Ben et chon vivent d’un business florissant qui n’est autre que la vente du meilleur cannabis de la région. Le problème est que cette association est bien trop florissante et attire les ennemis, notamment celui du cartel mexicain de Baja, dirigé d’une main de fer par Elena. Face à leur proposition “d’association”, Chon est partisan de résister par la force, mais Ben préfère tout abandonner. Pour les contraindre à coopérer, le cartel kidnappe O. C’est le début d’une guerre entre les deux clans…

Notre Avis :

Acteurs : Blake Lively, Taylor Kitsch, Aaron Taylor Johnson, Benicio Del Toro, Salma Hayek

Un casting en or. Blake Lively casse son image de jeune fille de la jeunesse dorée New yorkaise, ce qui est totalement réussi vu qu’on la voit nue en train de faire l’amour avec deux hommes différents, et elle se débrouille pas mal la petite Blake… Benicio Del Toro est comme toujours épatant, mais la plus surprenante est Salma Hayek en Mama gérante du Cartel.

 

Réalisateur : Oliver Stone
Comme toujours Oliver Stone reste dans un registre relativement masculin qu’il gère plutôt bien. Cela étant dit, il ne se dépasse jamais, avec Savages il avait l’opportunité de faire un excellent film, il a cependant été de nouveau décevant en voulant innover.

Scénario: Le concept est intéressant mais la fin en replay est plutôt ratée voire fichue !

Visuel : Violent !

On a aimé :

- Le casting féminin du film : Curieusement, seules les femmes du film tiennent leur rôle à merveille. Blake Lively dans celui de la jeune fille riche paumée vivant un triangle amoureux qui lui apparaît parfaitement sain. Salma Hayek quant à elle est excellente dans son rôle de femme de pouvoir.

Nos déceptions :

– Le replay final : Quelqu’un peut-il m’expliquer l’intérêt de nous faire une fin malheureuse et une fin heureuse? Personnellement j’ai trouvé ça ridicule … Le réalisateur lance un replay et nous ressert sur un plateau une fin complètement différente. C’est navrant et inutile !

– le manque de rythme : La bande annonce, l’affiche du film tout démontrait un film d’action rythmé, c’est la raison pour laquelle j’ai été réellement déçue de voir un résultat bien en deçà de mes attentes.

– Le terme “Savages” est répété à maintes reprises comme pour justifier le titre du film.

A la vue des sorties cinéma, Savages était le film le plus “prometteur” à voir, ce qui fût “intéressant” c’est de voir à quel point il fût une perte de temps.
un film aux allures de thriller-camomille… rasant !

Share on Facebook0Tweet about this on Twitter0Share on Google+0