Le Cinéma, média efficace en 2008 ?

Share on Facebook0Tweet about this on Twitter0Share on Google+0

L’introduction de la publicité dans les salles de cinéma date du début des années 1920. Il s’agissait à l’époque de rideaux publicitaires peints et de petits films muets. Après avoir conquis la capitale, le cinéma apparaît dans les provinces françaises. Divertissement accessible et populaire, il devient la distraction préférée des petites villes. En 1934, on dénombre plus de 4800 salles.

Le cinéma est un vecteur performant de diffusion de publicité. Les spectateurs sont particulièrement captifs et détendus. Lorsqu’un message publicitaire est diffusé dans des conditions techniques exceptionnelles (grand écran, son Dolby, etc.), il en résulte chez le spectateur un souvenir plus intense. Cette mémorisation est capable de faire évoluer les ventes d’un produit ou la notoriété d’une enseigne.

Le coefficient de mémorisation atteint 75 ! Il exprime le pourcentage de spectateurs qui, après le visionnage d’un film, ont mémorisé le message publicitaire. Ce coefficient est le plus fort parmi ceux des grands médias.

Le public du cinéma : Structure de l’audience cinéma des 12 derniers mois – Base 6 ans

Quelques chiffres sur l’efficacité de la publicité au cinéma :

+32% : hausse des ventes entre la zone test et la zone témoin (source médiavision)
+35% : hausse de la clientèle après une campagne cinéma d’un produit hygiène beauté
+35% : hausse des parts de marché sur un produit Soft drink sur les fréquentant cinéma après campagne

Média d’image par nature, le cinéma est également un media d’impact qui agit directement sur le comportement d’achat des spectateurs. Ainsi, plusieurs études montrent qu’une communication au cinéma induit une augmentation des ventes en agissant tant sur le recrutement de nouveaux clients que sur l’accroissement du volume ou de la fréquence d’achat.   Une efficacité qui bénéficie directement des pics de fréquentation induits par la sortie de films majeurs et impose le cinéma comme un media très réactif mais peu prévisible.

Share on Facebook0Tweet about this on Twitter0Share on Google+0
Thomas

Thomas

Co-Fondateur d'Atypique // 29 ans // Paris - London // "Never Hide"