On a testé pour vous SMEETERS

smeeters-atypique
Share on Facebook0Tweet about this on Twitter0Share on Google+0

Il y a quelques semaines, au boulot une collègue nous dit « les filles, ça vous dit de tenter SMEETERS avec moi ? ». SMEETERS, quésaco me dis-je ?! Et bien SMEETERS, ce n’est pas un site de rencontre, ce n’est pas un réseau social, c’est SMEETERS. Le principe est simple : un groupe de 3 filles rencontre un groupe de 3 mecs (ou de 3 filles, et inversement pour ces messieurs) pour passer une soirée sympa autour d’un verre.

D’une bonté sans pareille, j’accepte de l’accompagner dans cette expérience. Bien que mon statut de petite-amie ne se prête pas à la vocation de rencontrer « l’amouuuur », le simple fait de rencontrer des gens sympas me suffit amplement. Consulté et informé de ma démarche, l’homme accepte (très important), et nous voici alors lancées dans l’aventure SMEETERS.

SMEETERS, comment ça fonctionne ?

Une fille/un mec fait la démarche, s’inscrit, paye son verre en ligne, remplit un mini « questionnaire », précise sa date de « date » et invite ensuite les 2 personnes qu’il a choisi pour l’accompagner. Chaque personne doit remplir 2 vérités et un mensonge qui seront envoyées au groupe à rencontrer, qui devra deviner le vrai du faux (de quoi lancer la conversation lors de la rencontre).

Capture d’écran 2014-11-20 à 15.31.23

Jusqu’ici tout va bien. Curieuses, on s’intéresse davantage, on fouine le web à la recherche de témoignages ou d’expériences similaires. Le graal est là : un reportage vidéo d’un date SMEETERS par 100% Mag. Et là, après visionnage, on se demande bien dans quoi nous allons mettre les pieds, mais la machine est lancée.  

Peu de jour après (soit même le lendemain), nous recevons chacune une confirmation de la date, du lieu et du nom du groupe que nous allons rencontrer. Rendez-vous pris pour le jeudi soir. 

Soyons bien d’accord, nous n’avons aucune idée de qui nous allons rencontrer, les messieurs du groupe annoncé n’ayant même pas tous joué le jeu de répondre aux vérités et mensonges, nous n’en savons donc que très peu. Le suspense est à son comble, les tambours se mettent à retentir, la fanfare est dans les starting blocks.

Le Jour J

Jeudi matin arrivée à l’agence. On se regarde, et sans un mot, nous sommes déjà en train de nous marrer. Un peu de stress, d’anxiété, le grand plongeon dans l’inconnu est un peu perturbant. La journée se passe et plus l’heure arrive plus nous réalisons que nous allons rencontrer 3 mecs inconnus au bataillon.
« - Et s’ils sont moches?
– Non mais pire, s’ils sont vieux et chauves et poilus ?
– Imagine, ils sont bêtes ? Et si on s’ennuie et qu’ils ne sont même pas drôles ?!
– Non mais attennnnds franchement nous aussi on fait comme les filles du reportage et on se trouve un nom de code pour partir si ça sent le bourbier !
(Toutes en coeur, mode girly activé) CARREMENT ! »

Le nom de code sera alors « greenteam » (private joke). L’heure arrive. Il va falloir y aller.
« – Oh non je n’ai plus envie je stresse, on y va pas !
– Non c’est pas possible nous sommes engagées on le fait. Tout va bien se passer on est 3 ce n’est pas un “date” à proprement parlé, c’est comme si nous étions 3 nanas dans un bar et que 3 mecs venaient à nous parler … ».
Facile de dire ça quand on sait que deux d’entre nous sommes en couple (mais pas ensemble, pure précision) et que nous y allons purement et simplement en mode coach pour la troisième.

H – 0,30

Nous voici dans le métro, à se demander ce que l’on fait et pourquoi on y va. Mais c’est le jeu. SMEETERS nous a donné rendez-vous dans un bar, une table nous attend aux noms des « chef d’équipe » de chaque team. Ce soir, nous sommes donc attendus au Patio Opéra. Pile à l’heure, nous découvrons alors un endroit charmant mais qui semble être complètement privatisé pour la soirée. Philippe (on le nomme parce qu’il en vaut vraiment la peine) et son équipe nous accueillent. On se présente, « nous venons pour un rendez-vous Smeeters ». (Aie, ça à du mal à sortir de notre bouche. Une petite gêne peut être ?! Oui, vous nous accorderez bien le fait que ce n’est pas commun). Philippe nous annonce avec regret et un peu gêné lui aussi, que ce soir, le lieu est réservé pour une soirée privée et qu’il en avait averti au préalable SMEETERS. Le fait est que personne, tant de notre côté que de celui des garçons, n’avait reçu de message quand à un changement de lieu. (nb : Nous avons reçu un mail d’excuse par la suite de la part de Smeeters, ce sont des choses qui arrivent…)

« Et bien voilà, c’est un signe ! ». Oui mais non. Après quelques allers/retours, Philippe revient et nous annonce que les garçons en question sont également là et insiste pour trouver une solution. Mention spéciale pour lui et son équipe qui se sont démenés pour faire en sorte que la soirée puisse au mieux se dérouler, même si ça ne sera pas au Patio. Grâce à ses connaissances du quartier, ils nous « surclasse » en nous invitant à traverser au Bar Brulé du W Opéra, où une table nous attend. Le signe n’en est plus un, c’est peut-être même un canard… (oh faciiiile). Un autre groupe de filles également convié par SMEETERS nous suit (Franchement, Phil’, Grand Seigneur… On reviendra au Patio pour prendre un verre un de ces jours ! Super accueil !).

De l’acte manqué au « date » organisé

On arrive au Bar Brulé du W Opéra. On nous installe à une table, le deuxième groupe de filles à une autre. Puis les garçons arrivent : présentation, bisous bisous, enchanté, « toussa toussa ».
La discussion commence par les classiques « Comment vous connaissez-vous ?, Comment vous avez-vous connu Smeeters ?, … » puis arrive le jeu des mensonges et vérités que nos chers interlocuteurs n’avaient pas tous complété au préalable. Dommage, c’est censé être un sujet pour (re)lancer la conversation qui, forcément à un moment donné, à limité frôlé l’entretien d’embauche. Le verre se termine, nous décidons de quitter le W (musique bien trop forte pour pouvoir s’entendre correctement) pour partir diner tous ensemble afin de poursuivre notre conversation dans un endroit plus calme. Et là, surprise, le groupe initialement installé derrière nous est passé de 6 à 3. Les garçons sont partis, il semblerait que l’expérience n’ait pas été très concluante…

Du « date » au repas entre « amis ».

C’est alors que l’on constate que le date n’en est plus un et que l’ambiance est détendue. Oui parce que en vrai, lors d’un date :
- On ne mange pas un burger. Et bien là, si. Et même que l’on mange des salades de chèvre chaud qui seraient plutôt assimilées à des tartines de chèvre à la salade… bref.
– Le monsieur ne t’appelle pas Flavie alors que tu t’appelle Florie (et ce d’un air plus que convaincu).
– On ne raconte pas de blagues débiles comme « C’est l’histoire d’un pingouin qui respire par les fesses et qui un jour s’assoie et donc donc il meurt » (Tu n’as pas compris ?! dommage) ou encore l’histoire du petit canif, ce petit fien.
– On évite de renverser son verre de vin sur son voisin d’en face, et bien là, si (OK il était franchement presque vide…pardon)
– Cela ne se termine pas avec des filles qui chantent de tout leur coeur et de toute leur âme sur du Marc Lavoine (Marc, je t’aime), en avouant être « scatophile de la musique » (Vous y comprendrez ce que vous voulez, nous on cherche encore).

L’essentiel c’est que l’on passe une bonne soirée. On rigole bien, on fait des bourdes, on découvre à quel point le monde est petit,… Bref on passe un bon moment. Et je crois que c’est ce à quoi aspire SMEETERS, tout comme nous, de cette rencontre : une soirée conviviale, différente et inattendue. 

Nous avons tout de même avoué aux garçons qu’il n’y en avait qu’une de célibataire (oui quand même… Nous ne sommes pas des sauvages, même si nous avons probablement dû passer pour des filles un peu folles) et qu’ils allaient voir leur expérience relatée dans un blog en tout anonymat n’est-ce pas MAXIME, JULIEN ET KEVIN ?! Oui je ne sais pas, Kévin ça va bien au sympathique blond « pipoteur professionnel ».

Quoi qu’il en soit, nous espérons qu’il en a été de même pour ces messieurs, qu’ils ont apprécié leur soirée tout autant que nous. SMEETERS a réussi à se faire rencontrer des gens sympas (même si en l’occurrence c’est un peu aussi grâce à Philippe !). L’expérience sera cependant la première et la dernière pour moi mais elle s’avère être positive. OK, personne n’a trouvé l’amour, en même temps 3 mecs pour une fille cela aurait vite fait combat de coqs, mais nous avons rencontré des personnes sympas avec qui nous avons passé une soirée très ATYPIQUE.

Alors, faut-il tester SMEETERS ?! Nous on dit pourquoi pas !

Mais d’abord, inscris-toi

PS : Si Messieurs veulent bien nous donner la version de leur expérience, nous serions ravies de la réceptionner ici

Capture d’écran 2014-11-20 à 15.37.57

Share on Facebook0Tweet about this on Twitter0Share on Google+0
Phlaury

Phlaury

"Je ne suis pas folle vous savez !"