Pub : Parce qu’on est tous des enfants de la pub !

Share on Facebook0Tweet about this on Twitter0Share on Google+0

Andy Warhol disait : «  N’importe quelle publicité est une bonne publicité ». C’est donc  en dignes admirateurs du maître du mouvement Pop Art, que les rédacteurs d’actu’ pub, n’ont de cesse de le prouver, chaque semaine, en dénichant pour vous des petits bijoux de publicités.

Cependant,  il faut l’avouer, au quotidien, les réclames on a plus tendance à les zapper qu’à les regarder.

Pourtant même si la pub nous agace, elle rythme, depuis notre plus tendre enfance, nos vies, pour y raisonner encore plus aujourd’hui.

Parce qu’on est tous des enfants de la pub …

Revenons quelques décennies en arrière.

Maternelle, la télé : c’est le mercredi matin.  Bioman et Candy sont entrecoupés par des messages publicitaires pour polly pocket et GI Joe, à coups de spots bien agencés, ils s’insinuent sur vos listes de jouets.

CP, vous avez 7 ans, depuis peu on vous autorise à regarder la télévision le soir. La pub, vos parents s’en servent pour vous envoyer au lit, alors vous savourez ces dernières images, imprégnant les plus ridicules slogans dans votre mémoire.

CM2, vous pouvez maintenant regarder le film jusqu’à la fin, la pub vous n’en comprenez pas encore trop le principe, on vous raconte que c’est pour vous laissez le temps d’aller faire pipi, vous n’y croyez pas trop. Vous restez devant les réclames et commencez à chantonner les jingles les plus connus.

4ème, vous avez enfin le droit de regarder les programmes interdits aux moins de 12 ans, alors quand on interrompt votre film au moment où Bruce Willis allait se faire dévorer par un extra-terrestre, la publicité vous restez scotchés devant, de peur de louper le dénouement _ même si tout le monde sait que Bruce Willis ne meurt jamais _. Et à la fin du film vous avez très envie de cette glace au chocolat dont vous parlez la dame quelques minutes avant.

1ère, votre pouvoir d’achat augmente à la même vitesse que votre argent de poche _ oui, quand vous vous aviez 16 ans, c’était comme ça _ les garçons commencent à avoir des poils, les demoiselles des « problèmes de filles ». La pub, elle vous aide à choisir le meilleur rasoir, la meilleure crème épilatoire, parce qu’à 16 ans c’est plus facile de retenir un slogan que d’aller demander à la vendeuse du supermarché ce qu’il faut acheter.

Aujourd’hui, la publicité, ça a le don de vous gonfler. Néanmoins après toutes ces années, le matin quand vous vous réveillez, vous commencez la journée en chantonnant que : «Grand-mère sait faire un bon café !». Vous filez dans la salle de bains, vous ajustez vos cheveux en pensant que c’est « Parce que vous le valez  bien ! ». Dans la journée, votre collègue vous agace : « Il pousse le bouchon un peu trop loin Maurice ! », mais on s’apaise rapidement grâce à un Petit Ecolier même si : « Ce n’est que pour les enfants » !. Une chute dans l’escalier : « Mercurochrome, le pansement des héros », un coup de mou : « Quand Juvabien c’est Juvamine. ». Et le soir en rentrant : « Heureusement qu’il y a Findus », parce qu’après « Un petit cube, gros cube, c’est l’heure de l’Apéricube », puis celle du diner.

Finalement la pub, on l’aime ou on la zappe, mais depuis le temps qu’on la côtoie, on a tous en tête un slogan ou un jingle qui nous traverse la tête au moins une fois par jour. Alors certes « N’importe quelle pub est une bonne publicité » dès lors qu’elle arrive à vous imprégner, mais chez Actupub on se dit que quitte à être marqué par une publicité autant que ce soit une publicité de qualité. Chez Actupub : « N’importe quelle publicité est une « belle » publicité » _désolé Andy_.

Share on Facebook0Tweet about this on Twitter0Share on Google+0
Thomas

Thomas

Co-Fondateur d'Atypique // 29 ans // Paris - London // "Never Hide"